L’Assemblée nationale crée une groupe d’études sur les chrétiens d’Orient

A force de ténacité, la Coordination des chrétiens d’Orient en danger (Chredo) ont obtenu gain de cause : l’Assemblée nationale se dotera bientôt d’une instance permanente pour les chrétiens d’Orient.

Les neuf mois de lobbying intense du mouvement, conjugué au soutien d’une centaine de parlementaires n’auront somme toute pas été vains. La proposition du Chredo avait été présentée en octobre 2013 à l’Assemblée nationale par Valérie Pécresse. La parlementaire a bénéficié ces derniers mois du soutien de nombreux parlementaires de tous les bords politiques. Le bureau de la commission des affaires étrangères vient d’approuver la création d’un groupe d’études sur les chrétiens d’Orient au sein de l’institution.

C’est une nouvelle encourageante pour les minorités religieuses d’Orient et ceux qui portent leurs voix en France. Patrick Karam, président du Chredo, se félicite de l’issue du vote, assurant qu’il « marque une prise de conscience de la situation critiques des chrétiens dans cette partie du monde »

Une instance pérenne et compétente

Cette décision arrive à point nommé alors que la situation des chrétiens d’Orient ne cessent de se dégrader. En Irak notamment, l’avancée des djihadistes représente une menace permanente pour les minorités religieuses. C’était l’un des points abordés par le Chredo dans un communiqué de presse le 19 juin : »La situation actuelle des chrétiens en Orient et particulièrement en Syrie et en Irak, l’avancée des rebelles djihadistes de l’Etat Islamique d’Irak et au Levant (EIIL), rendaient plus cruciale la création d’un groupe d’études qui devrait permettre aux parlementaires de se saisir au quotidien et de manière pérenne de la situation des Chrétiens, pourchassés, persécutés et menacés de disparition en Orient.

Patrick Karam, aujourd’hui conseiller régional d’Ile-de-France a déclaré : »Ce qui nous manque, c’est une connaissance précise de ce qui se passe. Au sein de la coordination, nous recevons souvent des prêtres, des évêques ou des réfugiés des pays du Moyen-Orient qui ne savent pas à qui s’adresser. Il fallait que les parlementaires aient une structure pour les recevoir ». « Ce groupe d’études va alimenter la réflexion des élus et du gouvernement, stimuler le débat national ».

Là où le Chredo ne pouvait qu’alerter de l’extérieur, cette nouvelle instance aura un impact interne auprès des parlementaires. Elle bénéficiera – point non-négligeable – d’un secrétariat et de financements permettant les déplacements nécessaires. L’enjeu réside dans l’acquisition d’une connaissance plus précise de la situation de ces minorités qui permettra d’apporter des solutions concrètes.

La Coordination des chrétiens d’Orient en danger maintiendra sa vigilance. Elle a promis de continuer à travailler étroitement avec les parlementaires afin que tous les besoins les plus urgents soient traités. En parallèle, le Chredo travaille à ce qu’une instance du même gabarit soit créée au sein du Sénat.

Source :Radio Notre Dame, 20/06/2014

Voir aussi