La CHREDO et des parlementaires en Syrie, en Irak et au Liban

La Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger (CHREDO) partira en fin de semaine en Irak, en Syrie et au Liban pour une mission d’étude et d’évaluation de la situation des Chrétiens d’Orient et du risque de leur disparition sur les terres qu’ils occupent depuis deux millénaires.

Avec une trentaine de participants, dont sept parlementaires français (députés et sénateurs PS et LR) et européens ainsi que des ONG caritatives, des institutions et des religieux, ce déplacement organisé par la CHREDO est inédit à plus d’un titre.

Il s’agit de la plus importante délégation qui se rendra dans la région, et pour la première fois, cette mission, qui permettra de donner une vision globale de la situation, concernera les trois pays les plus exposés et rencontrera au plus haut niveau tous les acteurs politiques, sécuritaires, religieux, mais aussi les réfugiés ainsi que les ONG locales. Il est à noter qu’en Syrie, il n’y aura aucune rencontre politique.

Les objectifs de la CHREDO sont multiples comme l’explique son président Patrick Karam, pour qui il s’agit de:

« Faire un état des lieux sur la situation des chrétiens, de leur sécurité, de leurs biens et de leurs lieux de culte, notamment de leur patrimoine historique.

  • Évaluer le risque de disparition de leur présence deux fois millénaires en Irak et en Syrie.
  • Rencontrer les réfugiés ou les déplacés chrétiens, pour faire le point des violations des droits de l’homme, y compris sur la question de l’esclavage des femmes.
  • Récupérer des témoignages pour nourrir la plainte pour génocide et crimes contre l’humanité déposée contre DAESH par la CHREDO devant la Cour Pénale Internationale et contre les djihadistes français devant le procureur général de Paris.
  • Examiner la situation des réfugiés syriens au Liban, de leur positionnement quant à la situation syrienne et du risque sur l’unité et la stabilité du pays d’accueil.
  • Établir le diagnostic de la situation des chrétiens réfugiés ou déplacés dans les camps au Liban, en Syrie ou encore en Irak et des dangers sur leur sécurité en raison de leur confession.
  • Évaluer le risque de vagues migratoires massives vers l’Europe, via la Turquie, liées aux réseaux de passeurs. »

Patrick Karam annonce également:

« Nous voulons examiner le rôle politique des chrétiens au Liban et soutenir le processus d’élection du président de la république.

Nous entendons aussi faire une évaluation de la situation sécuritaire dans la région, de la menace que représentent les mouvements islamistes, dont Daesh, Al Nosra ou encore Jaish Al Islam, notamment sur le Liban et sur la Jordanie.

La question du terrorisme sur le sol français et européen avec le retour des djihadistes sera également étudiée. De même, il s’agit de confronter les orientations de la diplomatie occidentale avec les réalités du terrain et de s’interroger sur les ingérences étrangères et sur le double jeu de certains États, dont la Turquie. »

chredo65Communiqué de Presse 14 avril 2016 | CHREDO Communication

Voir aussi

Donner votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 × 5 =