Deux députés PS pour les chrétiens d’Orient

esprit-civiqueLe cercle « Esprit civique » créé par les députés PS, Dominique Potier et Jean-Philippe Mallé, a publié un communiqué le 30 juillet 2014, pour dénoncer les exactions commises en Syrie et en Irak, à l’encontre des chrétiens d’orient. Il salue la position du Conseil de sécurité des Nations Unies, prise à la demande du gouvernement français.

Esprit Civique s’associe avec la plus grande fermeté à la dénonciation des exactions commises en Syrie et en Irak, notamment, à l’encontre des chrétiens d’Orient et salue la position du Conseil de sécurité des Nations Unies prise à la demande du gouvernement français.

Esprit Civique salue par ailleurs, la décision attendue de la France, de favoriser l’asile des victimes contraintes à l’exil, de mettre en œuvre une aide humanitaire exceptionnelle et de dialoguer avec les représentants des communautés concernées.

Cette condamnation de crimes trop longtemps laissés dans l’indifférence doit s’élargir à  toutes les formes de violences issues des fondamentalismes. La dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine est un principe inaliénable. Les exactions commises à l’encontre des minorités religieuses ou ethniques comme celles liées à la liberté de penser mettent en péril la simple capacité de vivre ensemble. A notre sens, le drame d’une minorité est aussi celui d’un monde qui perd une part de la richesse liée à sa diversité, une part de son humanité.

Pour servir la paix, il est urgent de lutter contre l’oubli des souffrances mais aussi contre le risque de leur instrumentalisation. Au-delà de nos propres racines et de notre sensibilité, notre solidarité, ici, n’est pas d’abord liée à l’identité des communautés mais à l’essence même d’une nation qui fait sienne la fraternité avec toutes les victimes de la loi du plus fort et de la barbarie.

Plus que jamais, face à ces périls, comme à ceux du conflit Israélo-palestinien attisés par les extrémismes religieux, face à l’horreur des victimes civiles, nos forces citoyennes et politiques doivent veiller, au nom même des valeurs qui ont fondé la République, à ne pas ajouter à la confusion des esprits. Au nom même de nos héritages spirituels et des Lumières, nous devons tenir une ligne claire et toujours révolutionnaire, celle de l’universalité des droits de l’Homme.

Voir aussi