Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : les chrétiens, cibles de Daech en France et dans le monde

Ce mardi, deux terroristes se réclamant de Daech se sont attaqués à une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), tuant le prêtre Jacques Hamel. Une première que la France redoutait depuis plusieurs mois, alors que partout dans le monde, les chrétiens sont la cible des djihadistes.

La prise d’otages dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans l’agglomération de Rouen ce mardi, fait écho aux différentes menaces proférées par Daech à l’encontre de la communauté chrétienne. Le groupe terroriste cible en effet régulièrement dans sa propagande et ses communiqués de revendication les dirigeants « croisés » occidentaux et « le royaume de la Croix », expression semblant désigner l’Europe.

Les chrétiens de France, la nouvelle cible ?

La menace d’une attaque contre un lieu de culte chrétien était redoutée ces derniers mois en France, notamment depuis l’échec du projet d’attentat de Sid Ahmed Glam en avril 2015 contre une église catholique de Villejuif, dans le Val-de-Marne. Comme l’avait révélé Libération en avril dernier, des enquêteurs belges avaient également découvert, en analysant l’ordinateur de l’un des kamikazes de Bruxelles, les plans d’une attaque programmée contre l’association catholique intégriste Civitas.

Contacté par metronews, Michael Prazan, spécialiste et auteur du livre « Une histoire du terrorisme » (Flammarion Enquête), explique que « les chrétiens sont depuis des décennies la cible de l’islam radical », tous pays et groupes terroristes confondus. « Le christianisme est la religion de l’Occident » et par définition, les chrétiens, où qu’ils vivent, « des agents étrangers en lien avec l’Europe, les Etats-Unis où Israël », aux yeux des cellules terroristes.

Néanmoins, tempère-t-il, « les chrétiens en France ne sont pas plus ciblés que les juifs ou les musulmans. Nous l’avons vu avec le Bataclan et le soir du 14 Juillet, Daech cible tous les Français sans exception ». Le spécialiste remarque que, le dispositif de sécurité étant plus important aux abords des mosquées et des synagogues, il était plus facile pour les deux terroristes de s’attaquer à une église. « Daech est dans la surenchère permanente » et s’attaque aux cibles les plus accessibles, « là où on ne l’attend pas » pour « fracturer la société » et creuser un faussé entre toutes les communautés. Son objectif premier en France, poursuit Michael Prazan, est de « maintenir un sentiment d’insécurité en démontrant que personne ne sera épargné ».

Les chrétiens du Proche-Orient persécutés…

A l’échelle internationale, les chrétiens restent en revanche l’une des cibles privilégiées de Daech. En juin 2015, le groupe « Etat islamique en Palestine » avait publié un feuillet de menaces de mort à l’égard des chrétiens de Jérusalem. Selon les informations de la chaîne de télévision israélienne Channel 10, les djihadistes avaient évoqué le motif de « vengeance » (en référence au conflit israélo-palestinien) et laissaient à la communauté chrétienne de la ville Sainte jusqu’au 18 juillet, jour de la fête de l’Eid el Fitr concluant le Ramadan, pour partir.

Même persécutions au Liban, où deux membres de Daech avaient menacé le gouvernement, le Hezbollah ainsi que les chrétiens du pays en mars dernier. « Nous demandons aux adeptes de la Croix de se soumettre à l’ordre de Dieu pour pouvoir protéger leur vie sinon Daech aura la carte blanche pour les punir », avait déclaré l’un des djihadistes, fidèle à la ligne de conduite anti-chrétienne instaurée par le groupe terroriste. En février 2015, l’Egypte de son côté, avait bombardé les positions du groupe Etat islamique en Libye, après la décapitation de 21 chrétiens égyptiens.

… Tout comme ceux d’Orient

Un « nettoyage ethnique », voilà ce que revendique Daech. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait confirmé en mars dernier que des génocides étaient opérés contre « les Chrétiens, les Yazidis et les musulmans chiites » sur les territoires syriens et irakiens contrôlés par le groupe terroriste. Des dizaines de milliers de Chrétiens irakiens ont fui vers le Kurdistan depuis le début de la guerre civile, où ils survivent dans un camp de fortune implanté en face de l’église catholique Saint-Georges, que François Hollande a visité le 12 septembre 2015. Selon Michel Varton, directeur de l’ONG Portes ouvertes, les familles de Chrétiens restées en Irak doivent « choisir entre se reconvertir à l’islam pour survivre, payer une taxe ou mourir ». Pour Daech, les populations chrétiennes représentent une menace parce qu’elles seraient plus loyales envers l’Occident.

Dans son Index mondial de persécution des Chrétiens, l’ONG recense la Syrie (numéro 5) et l’Irak (numéro 2) parmi les cinquante pays les plus dangereux au monde pour les Chrétiens. « Tous les Syriens souffrent de la guerre mais les chrétiens sont particulièrement vulnérables car ils sont concentrés dans des zones d’intérêt stratégique et ils sont soupçonnés de soutenir le gouvernement », rapporte l’association. En avril dernier, The Christian Post avait alerté sur la situation dramatique des chrétiens syriens, vivant à Raqqa et n’ayant pas le droit de quitter la ville, sous prétexte qu’ils pourraient se rendre en Occident.

Le 26 avril dernier, le groupe Etat islamique a dynamité le clocher de l’église Notre-Dame-de-l’heure à Mossoul, au nord de l’Irak.

Dans une tribune pour le Figaro, Patrick Karam, Président de la Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger, s’était alors montré pessimiste quant à l’avenir de la communauté chrétienne, notamment en Irak et en Syrie. « La guerre touche tous les Syriens, mais les chrétiens sont les plus vulnérables et subissent les plus lourdes pertes car ils ont choisi de ne pas être armés et ils paient le soutien supposé au régime », expliquait-il.

La situation en Orient est telle que, le 27 janvier l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe de Strasbourg a adopté une résolution « reconnaissant que des individus qui agissent au nom de l’entité terroriste Daech ont commis un génocide » en Irak et en Syrie.

Source : Metronews, 27/07/2016

Voir aussi

Donner votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


17 + 3 =